Historique du groupe Close

  • 1932

    Inscription de Victor close au registre de commerce

  • 1953

    Fondation de la SPRL Close frères (Victor et Joseph)

  • 1965

    Fondation par José Close de la SPRL Anciens établissements de Victor Close

  • 1970

    Extension de l’activité à l’air pulsé (ventilation)

  • 1972

    Création de l’unité de fabrication de gainage GAINAIR

  • 1978

    Création de l’unité de fabrication des tableaux électriques RE.EL

  • 1990

    Rachat du groupe « Confort et Chaleur »

  • 1991

    Création de la « S.A Close Luxembourg »
    Acquisition de la société « Groffy » (Bastogne)

  • 1992

    Acquisition de la « S.A. Tygat » (Bruxelles)

  • 1993

    Acquisition de la « NV Borzée » (Heusden Zolder)

  • 1995

    Acquisition de la société « Confort Thermo Technique » (Namur)
    Retraite de José Close, Pierre Close prend la tête du groupe

  • 1997

    Le groupe est finaliste du concours de l’entreprise de l’année.
    Lancement du développement des plafonds froids.

  • 2000

    Les trois sociétés « Tygat », « Confort Thermo Technique » et « Groffy » fusionnent pour devenir « Close Maintenance ».

  • 2001

    Construction du bâtiment Close de Bruxelles

  • 2007

    Création de la Close technical service (Tunbridge Wells, UK)

  • 2008

    Développement du secteur des data centers

  • 2009

    Création de la S.A.S (Thionville, Fr)

  • 2010

    Ouverture de la filiale d’électricité
    Harmonisation des statuts d’ouvriers et d’employés

Le groupe Close, une histoire de famille

Depuis 85 ans, le groupe Close est actif dans le domaine de l’HVAC. Son histoire remonte au 1er octobre 1932, date à laquelle Monsieur Victor Close, né en 1908, s’inscrit au registre de commerce de la province de Liège en tant que plombier, zingueur et chauffagiste.

Dès le commencement, il exerce cette activité avec son frère Joseph, né en 1912, sous l’appellation « Close frères ». Durant la Seconde Guerre mondiale, Victor est détenu cinq ans en Allemagne. L’activité marque un temps d’arrêt. En 1953, Victor et Joseph fondent ensemble la nouvelle « SPRL Etablissement Close Frères », qui s’occupe d’installation sanitaire et de chauffage.

En 1961, les deux frères décèdent. Le fils ainé de Victor, José Close, prend la tête de l’activité, d’abord comme personne physique, puis, en 1965, par la fondation de la « SPRL Anciens Etablissements Victor Close ». Celle-ci sera transformée en « Société Anonyme Close » en 1983. En 1995, c’est au tour de Pierre Close, fils ainé de José, de prendre les rênes du groupe. Aujourd’hui, il en est administrateur et actionnaire principal.

Inscription de Victor Close au registre de commerce de Liège (1932)
José Close enfant dans l’entreprise familiale
Bâtiment de 1972, rue de la Hé Copin

Le développement national et international du groupe

En 1989, grâce au rachat du groupe « Confort et Chaleur », l’entreprise devient l’une des plus importantes firmes belges dans son domaine. Le rachat du géant régional du chauffage accroit le carnet de commande, le périmètre d’activité ainsi que le personnel de la S.A. Close (de nombreux contrats seront désormais négociés à la capitale).

Son développement se poursuit la décennie suivante, durant laquelle elle fait plusieurs acquisitions. Cette croissance lui vaudra de figurer parmi les finalistes au concours de l’entreprise de l’année (1997). En novembre 1990, profitant du boom immobilier du Grand-Duché du Luxembourg, la firme y ouvre une filiale sous le nom de « S.A. Close Luxembourg », première exportation du groupe. En 1991, elle fait l’acquisition de la société « Groffy » (Bastogne) ; en 1992, elle rachète la « S.A. Tygat » de Bruxelles ; en 1993, c’est le tour de la « NV Borzée » (Heusden Zolder) et puis de la société « Confort Thermo Technique » (Namur) en 1995.

En 2000, les différentes acquisitions belges sont fusionnées, donnant naissance à la filiale « Close Maintenance ». La même année, le groupe rachète la majorité des actions de la « Sarl Gabbana », qui lui permet d’acquérir une véritable assise luxembourgeoise. En 2001, La firme démarre la construction d’un nouveau siège social à Bruxelles, avenue Ariane. La nécessité de construire un tel site se faisait en effet fortement sentir vu la multiplication des commandes bruxelloises.

En 2008, le groupe se lance dans un nouveau secteur prometteur, celui des data centers (centre de traitement de données informatiques) en créant le Close technical service (2007), dont le siège social se trouve à Tunbridge Wells, en Angleterre (fin de l’activité en 2014). Grâce à C.T.S., le développement international du groupe s’accélère (Suède, Angleterre). En 2009, suite à plusieurs commandes obtenues dans la région parisienne, la firme ouvre une filiale française, le S.A.S. Close, dont le siège social est installé à Thionville.

Remise des prix, concours de l’entreprise de l’année (1997)
Chantier de Paris, carré 92 (2007-2010)

Le développement technique

L’entreprise de chauffage étend rapidement son activité. Dans les années septante, celle-ci s’élargit au chauffage à air pulsé (ventilation), activité qui mène naturellement à la mise en place d’une unité de fabrication de gainage. Durant la décennie suivante, la firme s’ouvre au marché de la climatisation, créant deux nouveaux services : les tableaux électriques (RE.EL) et le calorifuge (I. Therm).

En 1999, en association avec le Société « Toussaint-Nyssenne », le groupe se lance dans le développement des plafonds froids, technologie prometteuse.
Le projet s’effectue en collaboration avec l’Université de Louvain-La-Neuve. Des lignes de production sont conçues et une unité de fabrication est installée à Lambermont.

En 2002, la S.A. Close rachète à Toussaint-Nyssenne l’activité de développement des plafonds froids. La recherche sur l’élaboration de ceux-ci, désormais installée à Bruxelles, se poursuit de nos jours grâce à une équipe de jeunes ingénieurs.

À partir de 2008, la firme élargit son expertise technique au secteur des data centers (SAVVIS internet data center en 2008, TELECITY date center de Stockholm en 2010, etc.). Deux ans plus tard, elle ouvre un département d’électricité à Harzé. Toutefois, l’expertise technique de la S.A. Close s’illustre avant tout dans le domaine hospitalier : en 2005, elle effectue, en première mondiale, un quartier opératoire pour la clinique Saint-Luc de Bruxelles destiné à éviter toute contamination extérieure.

Quartier opératoire de Saint-Luc de Bruxelles
Telecity data center Stockholm
Tour Madou, plafonds froids

Le personnel

Entre 1980 et 2017, le personnel de l’entreprise a triplé. En outre, la S.A. Close enregistre un taux d’absentéisme de 5 à 7 fois inférieur à la moyenne. Ce taux faible s’explique par le fait que, avant même la loi de décembre 2013, le groupe a harmonisé les statuts des ouvriers et des employés *. Grâce à cette uniformisation, les ouvriers conservent leurs avantages liés au secteur et obtiennent ceux liés au régime des employés (comme, par exemple, l’allongement du délai de préavis).

Pour en savoir plus, voir : La Meuse, 23/11/2010 ; Le CNE, décembre 2010 ; l’Echo, 22/11/2010 ; Le Soir, 23/11/2010 et 082/2012 ; etc.

Fête de noël 2017

Fête de noël 2017

Les gros chantiers

Depuis 2011, le groupe Close se caractérise par l’exécution de chantiers toujours plus importants, dont le nouveau quartier général de l’OTAN (2016, 26.400.000 euros).
Les commandes valant plus de 10 millions d’euros se multiplient.

Parmi celles-ci, on peut citer l’immeuble Up Site de Bruxelles (2011-2014, 15.300.000 euros ), les Data center de BNP Paribas de Bastogne et de Vaux-sur-Sûre (2014-2015, respectivement 12.700.000 euros et 11.3541.000 euros), l’immeuble Konrad Adenauer, nouveau secrétariat général du parlement européen au Luxembourg (en cours, 14.200.000 euros), l’hôpital CHC Montlégia à Liège (en cours, 10.451.000 euros), la clinique CHIREC à Bruxelles (2015-2017, 13.300.000 euros ), le projet Royal Hamilius au Luxembourg (en cours, 13.500.000 euros) et l’immeuble RAC, nouveau siège de la police judiciaire belge à Bruxelles (2012-2016, 17.190.000 euros).*

Pour plus d’informations sur ces chantiers, voir « Réalisations ».